terres oceans

terres oceans sera publié en automne 2019,
un recueil bref de mots, impressions, sensations.

L illustration de la couverture sera la reproduction
d’une oeuvre de Colette Deustua offerte à l’auteur.

Elle représente un puits dans un petit village morbihanais .

Ci-dessous quatre textes .

================================================

12 25 42 781 0

La pierre

Les hommes l’avaient
en des temps reculés
posée là.

Pour célébrer esprits et morts,
bien avant les dieux.

Poing de granit ,
dressé en terre,
des siècles
qu’il hante
l’imaginaire local.

La pierre est
centre du paysage,
centre des paroles.

Les hommes viennent la voir
fascinés par tant de longévité.

Elle est là,
face à la mer,
comme elle jamais
ne regardait en arrière

Vents et embruns
la polissent lentement…

Elle sait

Un jour,
elle s’envolera,
telle un goéland.

 

================================================

Sable vague

 

Elle le léchait
Il s’humidifiait
Lentement,
doucement,
régulièrement.https://www.youtube.com/watch?v=iH3oOVKt0WI

Les astres rythmaient
va et vient,
flux et reflux.

Elle l’érodait,
elle le dessinait,

Elle suivait
sa trajectoire
lentement…

Elle le façonnait,
elle le modelait
en son sens,
en son courant,
inexorablement.

Parfois,
une fracture, une éruption,
troublait leurs émois…

Mais le temps
redonnait au courant
toujours le sens.

Et le ballet vivant
se poursuivait
entre éléments.

Lui souple
sous les caresses
du temps,
instants sans cesse
surprenants.

Elle fluide.

 

================================================
Vent

Invisible,
il modelait la mer,
il façonnait la roche.

Les vagues
se dressaient
parfois douces
parfois violentes.

Elles se pliaient
à ses assauts

Il savait
sa force
son pouvoir,
sa capacité
à mouvoir le monde,
à briser les éléments,
à déplacer les êtres

Invisible,
souffle de vie…

 

================================================

Onde

La mer, ce jour,
était douce.

Elle lissait son corps
de tiédeur.

Chaude, elle l’invitait.
Et avec plaisir,
elle glissait en son sein.

Aucun courant
ne freinait ses mouvements,
elle y nageait
lentement, doucement, heureusement.

Elle avançait
fluide, légère, souple.

Liane, elle se dirigeait vers lui…

Douce envie de l’enserrer…

De le sentir fondre, liquide…

Assommé de bonheur…

Le sentir
s’évanouir,
vivre
de son plaisir ..

12 25 42 781 0

12 25 42 781 0coletteok.jpg

 

ancienne couverture

12 25 42 781 02019-07-29-terre-mer-32 pages-pub-une